logo

Laurence Rosier


Auteur

Née en 1967, Laurence Rosier est licenciée et docteure en philosophie et lettres. Elle est professeure de linguistique, d’analyse du discours et de didactique du français à l’ULB. Auteure de nombreux ouvrages, elle a publié plus de soixante articles dans des revues internationales, a organisé et participé à plus de cinquante colloques internationaux, codirigé de nombreux ouvrages sur des thèmes aussi divers que la ponctuation, le discours comique ou la citation ou encore la langue française sur laquelle elle a coécrit M.A. Paveau, « La langue française passions et polémiques » en 2008. Elle a collaboré au Dictionnaire Colette (Pléiade).
Spécialiste de la citation, sa thèse publiée sous le titre « Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques » a reçu le prix de l’essai Léopold Rosy de l’Académie belge des langues et lettres. Son « petit traité de l’insulte » (rééd en 2009) a connu un vif succès donnant lieu à un reportage : Espèce de…l’insulte est pas inculte. Elle dirige une revue internationale de linguistique qu’elle a créée avec sa collègue Laura Calabrese : Le discours et la langue. Avec son compagnon Christophe Holemans, elle a organisé deux expositions consacrées aux décrottoirs de Bruxelles : « Décrottoirs ! » en 2012.
En 2015, elle est commissaire de l’exposition « Salope et autres noms d’oiselles ». En novembre 2017 parait son dernier ouvrage intitulé L’insulte … aux femmes (180°), couronné par le prix de l’enseignement et de la formation continue du parlement de la communauté WBI (2019). Elle a été la co-commissaire de l’expo Porno avec Valérie Piette (2018).
Laurence Rosier est régulièrement consultée par les médias pour son expertise langagière et féministe. Elle est chroniqueuse du média Les Grenades RTBF et à La Revue nouvelle (Blogue de l’irrégulière). Elle a été élue au comité de gestion de la SCAM en juin 2019.
 Avec le groupe de recherche Ladisco et Striges (études de genres), elle développe des projets autour d’une linguistique « utile » et dans la cité.

Vieilles et vieux

Numéro 03 – 2022 vieillissement - par Renaud Maes - Laurence Rosier -


Les vieux, les vieilles, on en parle beaucoup, mais avec énormément d’ambigüité : les « boomers » seraient responsables de l’état du monde d’aujourd’hui, mais il faut protéger les « séniors », car iels sont plus fragiles ; il faut penser à grand-maman et se...

L’âgisme et le langage : entre silence et transgression

ABO Numéro 03 – 2022 analysecommunicationvieillissement - par Laurence Rosier -


Le langage des vieilles·vieux est un objet d’étude relativement récent. Pourtant, l’étude de ce langage révèle de manière fine des rapports sociaux et des enjeux dont ils sont porteurs. Petit tour d’horizon, du lexique de la désignation aux formes de...

Pandore ou la description implacable des impasses d’une société sans sororité

28 mars - par Laurence Rosier -


Pandore, Prométhée au féminin, est celle qui ouvre la boite aux maux : symbole de la curiosité soi disant féminine, mais n’est-ce pas parce qu’elle ouvre plutôt les yeux sur des situations apparemment normales qui, en réalité, du point de vue de la...

Précipitations

Numéro 02 – 2022 Italiqueroman - par Laurence Rosier -


«  C’est un conte où une marâtre fait la vaisselle et le ménage ce n’est pas Cendrillon…  »

Mots et discours de la pandémie. Petites réflexions sociolangagières

ABO Numéro 08 – 2021 Covid-19Langue - par Laurence Rosier -


« Confinement, cas contact, cluster, distanciation sociale… En un an, la Covid-19 a bouleversé notre quotidien et investi notre langage. Des mots que l’on ne connaissait pas, ceux qui ont changé de sens, d’autres inventés pour décrire une situation...

Le déconfinement d’Yvan

ABO Numéro 08 – 2021 confinementdéconfinement - par Laurence Rosier -


Lors du premier confinement, j’ai rédigé un texte sur mon voisin intitulé « Le confinement d’Yvan » publié dans La Revue nouvelle. Ce texte en est la suite…

Le vide et le plein du langage L’exemple de l’allusion dans quelques usages médiatiques

ABO Numéro 03 – 2021 discourslinguistiquevide - par Laurence Rosier -


Où l’on verra comment le « vide » dans le discours relève plus largement de pratiques langagières visant à créer des effets sur l’auditoire, entre adhésion et suspicion, entre curiosité et connivence. Plus particulièrement l’usage de l’allusion permet de...

Y aura-t-il de la neige pour Noël ?

ABO Numéro 01 – 2021 classe socialeinégalitéskier - par Laurence Rosier -


L’ancien président de la République française Valéry Giscard d’Estaing vient de mourir. Récemment, le Premier ministre belge Alexander De Croo a déploré le fait qu’à cause du virus, nous ne pourrions pas aller skier. Tandis que le Premier ministre...

L’académicien et le je m’en foutisme

Janvier 2021 expressionLangue - par Laurence Rosier -


Maman en plus, et sa guibole, ça le foutait à crans pour des riens (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 68) . Yves Namur, médecin et poète, secrétaire perpétuel de l’Académie « qui n’a pas sa langue en poche », s’exprime de façon « très familière » pour...

Paralittératures, d’un genre à l’autre

ABO Numéro 08 – 2020 75 ansgenre littérairelecturelittérature - par Laurence Rosier -


La notion de « paralittératures » constitue la thématique du dossier que Jacques Dubois a coordonné pour La Revue nouvelle à la fin des années 1970. Sa démarche constituait assurément un coup de pied dans la fourmilière du champ des études littéraires en...

Politiquement correct

ABO Numéro 5 – 2020 Langueliberté d’expression - par Laurence Rosier -


Le « politiquement correct » sert simultanément à dénoncer l’imposition d’une langue politique qui manipulerait et à revendiquer la liberté d’expression. Il sous-entend diverses conceptions des usages de la...

Le confinement d’Yvan

Numéro 3 – 2020 confinementCovid-19voisin - par Laurence Rosier -


Yvan c’est mon voisin. Pas immédiat, il habite une toute petite maison sans jardin un peu plus haut, dans le tournant. Il doit avoir les phares des voitures dans son salon la nuit. Comme dans un film de Jean-Pierre Mocky. Yvan est marié, sa...