Virage ou mirage ambulatoire ?

Pierre Ansay

Diverses tendances lourdes impriment au système de soins le processus que les Québécois ont nommé le virage ambulatoire. La réforme québécoise donne à réfléchir. Elle a le mérite d’être relativement transparente et de ne pas cacher les impératifs budgétaires qui ont présidé à son établissement. Mais à côté de ces considérations financières, c’est une réforme complexe du système de soins qui a été tentée, avec un relatif (in)succès et de nombreux effets pervers négatifs. En Belgique, le futur décret en préparation à la Commission communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale (Cocof), aurait la grande ambition de penser et d’organiser l’ambulatoire sans être astreint à une politique de restriction des moyens, mais à partir d’une conception ambitieuse incluant les dimensions sociales-citoyennes, environnementales et économiques de la ville en santé.