logo
Lancer la vidéo

Une Justice tue

ABO Numéro 1 - 2015 génocideRwandaTPIR - par Vincent Lurquin -

Avant de punir, il faut juger. L’expérience de terrain impose la conclusion que la justice (et son bras armé, le droit pénal) n’est ni vengeance ni oubli, mais mémoire et recherche d’une intention criminelle, elle-même fondatrice de l’espace du droit pénal. Les difficultés, les errements, les silences de la justice internationale sont dus au fait que l’on n’est pas allé au terme de la question pénale, et non à l’inadéquation du projet international pénal d’avec les figures du mal que sont génocides et crimes contre l’humanité.

C’est au creux des silences de ces centaines de témoins rencontrés au Rwanda que j’ai compris que ceux qui ont vécu le génocide ont côtoyé le visage du mal absolu. Dans leurs récits, chahutés par leur souffrance, les meurtres, les viols, apparait cet impératif catégorique du génocidaire : je te tue, non pour ce que tu m’as fait, mais pour ce que tu es et j’exterminerai tes enfants, ta famille, tes semblables. Comment faire comprendre à ces victimes que l’on a compris, comment faire taire ce cri si humain, si évident, de vengeance ? Comment tarir ce cycle...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Vincent Lurquin


Auteur