logo
Lancer la vidéo

Un sauveur nous est né : analyse critique de la réélection de Bush

Décembre 2004 - par Olivier Servais - Muriel Ruol -

Malgré les espérances naïves des Européens, Georges Bush Jr a vu son bail à la Maison-Blanche renouvelé pour quatre années. Georges Bush, le mal élu, le mal aimé de 2000, a non seulement reçu l’« onction » du vote populaire (51 % des voix, soit plus de trois millions de voix de plus que John Kerry), et le vote de la majorité des États (trente-et-un États contre vingt pour John Kerry), mais son parti sort fortement renforcé de ce suffrage, à la Chambre comme au Sénat. Cerise sur le gâteau : les référendums organisés çà et là à propos du mariage homosexuel ont tous confirmé la ligne du président : ils ne seront pas autorisés. À première vue, c’est donc un plébiscite pour le président et son gouvernement, là où l’opinion publique européenne espérait une débâcle. Chronique d’une victoire qu’aucun analyste européen n’osait anticiper...

Partager

Olivier Servais


Auteur

Muriel Ruol


Auteur