Un autre regard sur le Congo

Paul Géradin

Thierry Michel présente un film qui est à la fois en continuité d’idées et en rupture de genre avec les précédents. Il tente d’y donner image et voix à ce qu’on porte en soi quand, parti à la rencontre du Congo profond, on est touché par les blessures, la générosité, les malversations, la chaleur humaine... un noyau de sens vivant au-delà des analyses sociopolitiques. Cet indicible, le réalisateur ne pouvait l’évoquer que sur le mode poétique, au sens fort, mais à partir d’éléments empruntés à la réalité d’un pays sinistré. Il a choisi de le faire au gré de ce qu’apporterait le cadre du fleuve Congo, hautement symbolique et d’une beauté tragique. Avec le risque de s’exposer à bien des incompréhensions.