logo
Lancer la vidéo

Territoires inoccupés de la Belgique francophone

Janvier 2008 - par Pascal Fenaux -

À l’heure où ces lignes sont écrites, une seule chose est certaine : c’en est fini de se raconter des histoires sur les vertus d’un fédéralisme belge qui, dans les faits, n’a jamais existé. Tout simplement parce qu’il n’a encore jamais été partagé. En cause, un « malentendu » linguistique qui, s’il n’est plus - loin s’en faut - l’unique déterminant du conflit belge, n’en continue pas moins de le structurer ou, du moins, de le hanter.

Partager

Pascal Fenaux


Auteur

Pascal Fenaux est membre du comité de rédaction de La Revue nouvelle depuis 1992. Sociologue, il a poursuivi des études en langues orientales (arabe et hébreu). Il est spécialiste de la question israélo-palestinienne, ainsi que de la question linguistique et communautaire en Belgique. Journaliste indépendant, il est également « vigie » (veille presse, sélection et traduction) à l’hebdomadaire Courrier international (Paris) depuis 2000. Il y traite et y traduit la presse « régionale » juive (hébréophone et anglophone) et arabe (anglophone), ainsi que la presse « hors-zone » (anglophone, yiddishophone, néerlandophone et afrikaansophone).