logo
Lancer la vidéo

Suspicion et criminalisation des chômeurs

ABO Janvier 2015 - par Thierry Amougou -

L’adoption par des gouvernements de gauche de mesures qui ciblent particulièrement les sans-emplois signe la faillite idéologique et politique de la gauche européenne et, plus largement, de la social-démocratie. Malgré la crise des crédits hypothécaires et ses effets désastreux, le néolibéralisme renforce son triomphe idéologique et son emprise sur les politiques économiques du monde occidental parce que la criminalisation des chômeurs et des pauvres est une résurgence contemporaine d’une vieille idée de la pensée libérale du XVIIIe siècle.

Alors que c’est la pensée économique libérale que l’on trouve à l’origine de la crise des crédits hypothécaires dont les répliques se font toujours sentir dans de nombreux pays et grands ensembles, notamment via une croissance en berne et un chômage au zénith, le paradoxe conjoncturel du moment peut se résumer au fait que c’est de nouveau la pensée économique libérale qui mène la danse au sein de nombreux gouvernements européens. Le fait que certains gouvernements soient de gauche comme en France ou de centre droit comme en Belgique ne semble rien changer...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Thierry Amougou


Auteur