logo
Lancer la vidéo

Surreprésentation des femmes dans le militantisme bénévole. Une question politique et ethnologique

ABO Avril 2018 féminismeLuttesDroit des femmesMilitantismeBénévolat - par Véronique Nahoum-Grappe -

La surreprésentation des femmes dans le militantisme bénévole n’est pas le produit du hasard. Résultat d’une construction sociale, produit des rapports de domination, elle a cependant permis le développement d’une «  culture du souci  » ancrée dans l’habitus féminin. Le partage de cette culture et des compétences qu’elle implique pourrait être un enjeu majeur dans la construction d’une société plus solidaire.

« En 2008, un tiers des personnes de seize ans et plus, soit 15,8 millions de personnes, sont membres d’au moins une association. En prenant en compte les adhésions multiples, les associations totalisent environ 21 millions d’adhésions. Quatre grandes catégories d’associations prédominent : le sport, les activités de troisième âge, la culture et les loisirs. Les hommes sont majoritaires et adhèrent plus aux associations sportives, de loisirs ou en lien avec la vie professionnelle, tandis que les femmes privilégient les associations à but social...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Véronique Nahoum-Grappe


Auteur

anthropologue, chercheuse à l’EHESS, au Centre Edgar Morin