logo
Lancer la vidéo

Sortir de prison : un parcours semé d’embuches…

ABO Numéro 6 - 2015 - par Marie-Aude Beernaert -

En mai 2006, la Belgique s’est dotée d’une loi qui règlemente le statut juridique externe des détenus, c’est-à-dire les diverses modalités qui — de la permission de sortie jusqu’à la libération conditionnelle — permettent à un condamné de sortir de prison avant le terme de sa peine. Partiellement entrée en vigueur en février 2007, en même temps que les tribunaux de l’application des peines, cette loi n’a malheureusement pas tenu toutes ses promesses. Et l’actuel gouvernement ambitionne de la réformer dans un sens inquiétant.

Le sens de la prison ne peut se penser qu’en lien avec l’après, la sortie et la réinsertion du condamné dans la société. Le plus souvent, cette sortie se fera de manière progressive et encadrée, au travers de mesures dont le condamné pourra bénéficier après un certain temps d’incarcération. Permissions de sortie, congés pénitentiaires, surveillance électronique, détention limitée [1] ou libération conditionnelle sont autant de mesures qui se veulent une transition entre l’incarcération et le retour vers la société. Il est d’usage de les regrouper sous le terme...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Marie-Aude Beernaert


Auteur