Soldats de la paix et/ou soldats de la guerre ?

Jean-Claude Willame

En Somalie et au Rwanda, les interventions de l’ONU se sont soldées par de dramatiques échecs dus au refus de trancher la question : faut-il imposer la paix ou la négocier ? En République démocratique du Congo, l’ONU tient deux discours contradictoires, renvoyant dans les faits les autorités congolaises à leurs « responsabilités » : la sécurité est de leur ressort. Dans un pays où l’armée n’existe pas et où les « soldats de la paix » ne sont pas crédibles, ne serait-il pas temps que l’Union européenne prenne une initiative ? Celle-ci n’aurait de sens qu’à la condition que la force militaire soit subordonnée au politique : toute négociation doit s’appuyer sur une dissuasion militaire crédible.