logo
Lancer la vidéo

Sexualité, la force de la parole

ABO Numéro 08 – 2020 75 ansDroit des femmesféminismeliberté sexuelle - par Nadine Plateau -

Dans les années 1980, comme en témoigne le texte « Sexualité, que veulent les femmes ? », nous faisions le constat d’une sexualité « libérée » par l’accès à la contraception et à l’avortement (dans la pratique sinon dans la loi) ; nous dénoncions en même temps les nouvelles contraintes pour les femmes à la sexualité, au plaisir et surtout les pratiques sexistes de viol et de harcèlement ainsi que la culture de disponibilité et de soumission des femmes, véhiculée par la pornographie et la publicité. Nous avions saisi l’enjeu politique que représentait la ré-appropriation de notre corps et nous avions découvert le pouvoir de la parole publique des femmes comme celui de la création féminine dans le processus de libération. Trente ans plus tard, cette parole agissante qui caractérise le féminisme reste d’actualité : il nous faut encore et toujours dénoncer ce qui fait barrière à la liberté sexuelle des femmes afin de transformer la culture commune en dessinant un nouvel imaginaire érotique.

La question des obstacles à la liberté sexuelle est portée aujourd’hui par la lame de fond qu’est le mouvement #metoo. Loin d’être un évènement exceptionnel et inédit comme on le présente trop souvent, #metoo s’inscrit dans la dynamique des luttes féministes en remettant en question la millénaire appropriation du corps des femmes dans une société patriarcale. Il s’ancre au plus profond du féminisme, ce mouvement tenace qui a fait pression sur les institutions pour transformer la définition même des « violences contre les femmes ». Les pratiques sexistes...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Nadine Plateau


Auteur