logo
Lancer la vidéo

Remplacement des F-16 : la dépolitisation d’un dossier très politique

ABO Numéro 4 – 2018 aviationavionF16 - par Baptiste Campion -

Faut-il remplacer les chasseurs-bombardiers F-16 de la Composante Air de l’armée belge ? Si oui, par quoi ? Le dossier est politiquement explosif, ce pour au moins trois raisons. D’abord, son cout : c’est un investissement énorme. Ensuite, la nécessité : la Belgique a-t-elle vraiment besoin d’une aviation de combat moderne dont le rôle le plus visible est la participation à des opérations lointaines dans des coalitions où notre pays n’a que peu de poids ? Enfin, le soupçon : le marché serait « truqué », l’état-major aurait caché des informations au ministre de la Défense, qui aurait lui-même menti à la Chambre.

Faut-il remplacer les chasseurs-bombardiers F-16 de la Composante Air de l’armée belge ? Si oui, par quoi ? Le dossier est politiquement explosif, ce pour au moins trois raisons. D’abord, son cout, c’est un investissement énorme : 3,5 milliards à l’acquisition, et ensuite 300 à 350 millions par an sur les quarante années de service prévues, soit plus de 12 milliards supplémentaires. Ensuite, la nécessité : la Belgique, entourées de pays de l’UE, a-t-elle vraiment besoin d’une aviation de combat moderne dont le rôle le plus visible est la participation à des...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Baptiste Campion


Auteur

Baptiste Campion est docteur en information et communication de l’Université catholique de Louvain. Il travaille maintenant comme professeur et chercheur à l’Institut des Hautes Études des Communications Sociales au sein du master en éducation aux médias. Ses travaux scientifiques ont principalement porté sur la communication éducative médiatisée, les effets cognitifs de la narration, les interactions en ligne et l’appropriation des technologies numériques, les transformations de l’expertise dans ce contexte particulier. À côté de ces travaux scientifiques, ces questions l’ont amené à réfléchir sur les conditions de la « démocratie numérique », de l’espace social dans une société hypermédiatisée ainsi que le rôle et la transformation des médias.