logo
Lancer la vidéo

Rationalisation de l’offre universitaire et structuration du paysage

ABO Numéro 7 - 2016

Quel bilan et quelles perspectives peut-on tirer de cinquante ans de débats ? En quelques années, le « paysage universitaire » s’est considérablement simplifié, et les six universités francophones placent la Fédération Wallonie-Bruxelles dans la moyenne européenne par rapport au nombre d’étudiants. En ce qui concerne la rationalisation de l’offre, le maintien de nombreux cursus d’études peu fréquentés et les universités « incomplètes » handicapent le système d’enseignement universitaire. Cet anachronisme devrait être corrigé.

La « rationalisation de l’université » a fait l’objet, au cours des dernières décennies, de multiples débats, lois et décrets. Ce thème comporte, comme on le verra, deux dimensions recouvrant des préoccupations différentes. Pour illustrer l’évolution des débats, il est instructif de se replonger dans les rapports « Welsch-Troisfontaines » (1976) et « Bodson-Berleur » (1998). Ces rapports sont les deux seuls rapports de « sages » remis, à sa demande, à un ministre de l’Enseignement supérieur au cours des dernières années, respectivement par les recteurs Welsch...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium