Quelle place pour un prolongement théologique croyant ?

Hicham Abdel Gawad
Islam, religion, Daech.

Le contexte postattentat actuel a mis les citoyens des sociétés occidentales, musulmans comme non musulmans, devant la conséquence macabre des émergences violentes liées à des interprétations belliqueuses de l’islam. D’aucuns proposent de répondre à ces interprétations mortifères par des interprétations pacifiques. Peut-on cependant imaginer d’autres pistes pour ce combat intellectuel contre l’obscurantisme ? Peut-on envisager, par exemple, un investissement des sciences humaines, notamment la science historique, à l’intérieur de l’univers de sens de la religion musulmane afin de produire, ou d’aider à produire, des interprétations pacifiques et motrices dans la vie des croyants ? Cette perspective implique de se poser la question de l’audibilité, pour ne pas dire de la recevabilité, de la science historique dans un imaginaire gouverné par la théologie.