logo
Lancer la vidéo

Que reste-t-il des slogans ?

ABO Septembre 2019 - par Laurence Rosier -

Les slogans de la campagne politique de mai 2019 constituent sans doute une cuvée un peu pauvre. Dégustation sociolinguistique de ce millésime décevant.

Autant les périodes précédant les élections voient une attention accrue aux slogans concoctés par les services de communication des partis politiques, autant ces formules semblent tomber aux oubliettes de l’histoire politique le jour J… et les suivants. À moins que ces « cris de ralliement » ne bénéficient d’une seconde vie, lors d’évènements politiques ponctuels, de nouveaux combats voire de détournements et ré-usages pérennes. Les élections ne sont pas les seuls moments où naissent et renaissent les slogans et les plus inventifs surgissent davantage dans...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Laurence Rosier


Auteur

Née en 1967, Laurence Rosier est licenciée et docteure en philosophie et lettres. Elle est professeure de linguistique, d’analyse du discours et de didactique du français à l’université libre de Bruxelles. Auteure de nombreux ouvrages, elle a publié plus de soixante articles dans des revues internationales, a organisé et participé à plus de cinquante colloques internationaux, codirigé de nombreux ouvrages sur des thèmes aussi divers que la ponctuation, le discours comique ou la citation ou encore la langue française sur laquelle elle a coécrit M.A. Paveau, La langue française passions et polémiques et publié chez Vuibert en 2008. Elle a collaboré au Dictionnaire Colette qui va paraître cette année (Pléiade) en rédigeant les notices narrateur/monologue intérieur /discours rapporté.
Spécialiste de la citation, sa thèse publiée sous le titre Le discours rapporté : histoire, théories, pratiques a reçu le prix de l’essai Léopold Rosy de l’Académie belge des langues et lettres. Son petit traité de l’insulte (rééd en 2009) a connu un vif succès et a donné lieu à un reportage qui est passé récemment à la télévision (une coproduction RTBF/Canal plus) : Espèce de…l’insulte est pas inculte. Elle dirige une revue internationale de linguistique qu’elle a créée il y a trois ans avec sa collègue Laura Calabrese Le discours et la langue. Avec son compagnon Christophe Holemans, elle a organisé deux expositions consacrées aux décrottoirs de Bruxelles (Halles saint Géry 2011, ULB 2012) qui a donné lieu à un ouvrage trilingue : Décrottoirs ! publié aux éditions Racine en 2012.
En 2015, elle est commissaire de l’exposition Salope et autres noms d’oiselles qui est montée à l’ULB (avec ULB Culture). Cette exposition consacré à l’insulte au féminin a remporté un vif succès : elle a depuis été remontée au théâtre de poche (2016), à la maison de la laïcité de Charleroi (2016), à la Sorbonne (mars 2017) et enfin à la maison des sciences de l’Homme de Paris en plein contexte de l’affaire Weinstein. Libération, Le Monde, Les Inrocks, Le Figaro, Arte ont mis à la une l’exposition durant le mois d’octobre 2017. Enfin, en novembre 2017 est paru son dernier ouvrage intitulé L’insulte … aux femmes (180°), couronné par le prix de l’enseignement et de la formation continue du parlement de la communauté WBI (2019). Elle a été la co-commissaire de l’expo Porno avec Valérie Piette, qui a renoncé un vif succès (novembre 2018).
Laurence Rosier est régulièrement consultée par les médias pour son expertise langagière et féministe. Elle est chroniqueuse du média Les Grenades RTBF et à La Revue nouvelle (Blogue de l’irrégulière). Elle a été élue au comité de gestion de la SCAM en juin 2019.

Avec le groupe de recherche Ladisco et Striges (études de genres), elle développe des projets autour d’une linguistique « utile » et dans la cité.