logo
Lancer la vidéo

Prostitution et statut social : sortir des sous-sols

ABO Numéro 7 – 2020 confinementCovid-19crise financièreprostitution - par Lotte Damhuis - Charlotte Maisin - Véronique van der Plancke -

La période du confinement a rendu évidente la précarité de nombreuses personnes qui se prostituent. La création et l’octroi d’un statut officiel pour ces personnes est cependant loin d’être une réponse convenant à toutes les situations, aussi faut-il penser à un véritable « arsenal » de mesures adapté à la complexité du phénomène.

Le phénomène de la prostitution a fait couler beaucoup d’encre dans les médias en période de (dé)confinement sanitaire. Au même titre que l’ensemble des autres activités sociales et économiques qui impliquaient un contact humain étroit, la prostitution/le travail du sexe a été interdite pendant la période de confinement débutant le 13 mars 2020 [1]. Cette interdiction a été traduite dans les arrêtés communaux quelques jours plus tard. La reprise de l’activité prostitutionnelle fut autorisée le 8 juin, moyennant le respect d’un protocole sanitaire strict,...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Véronique van der Plancke


Auteur

Charlotte Maisin


Auteur

Lotte Damhuis


Auteur

membre de la cellule recherch’action de la Fédération des services sociaux