logo
Lancer la vidéo

Premier degré différencié du secondaire : les limites d’une pédagogie de la compensation pour lutter contre l’échec

ABO Numéro 04 – 2021 enseignementsecondaire différencié - par Azzedine Hajji -

Certes l’enseignement dans le degré différencié ne vise pas l’acquisition exclusive des compétences et savoirs du primaire. En pratique, la réussite du CEB reste pour beaucoup le principal (voire l’unique) objectif de sorte que les savoirs spécifiques au secondaire y sont abordés de manière limitée. Les enseigner peut en effet mener à une dispersion dans les objectifs à atteindre et compromettre, paradoxalement, les chances de réussite aux épreuves externes du CEB.
Le système est particulièrement complexe. Il aboutit surtout à des parcours qui peuvent manquer de cohérence et de continuité dans certains cas.

Avertissement : ce texte emploie le féminin générique. Le premier degré différencié de l’enseignement secondaire (organisé sur deux ans) accueille les élèves venues de l’enseignement primaire qui n’ont pas acquis le certificat d’études de base (CEB), par opposition au premier degré commun qui accueille les élèves qui l’ont obtenu. Cette forme d’enseignement concerne généralement des élèves en grande difficulté, les taux de réussite aux épreuves du CEB se situant autour de 90% [1]. À la suite de leur échec, elles ne peuvent plus poursuivre leur scolarité dans le...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Azzedine Hajji


Auteur

Azzedine Hajji est chercheur-doctorant en sciences psychologiques et de l’éducation à l’Université libre de Bruxelles. Il a été auparavant professeur de mathématiques dans l’enseignement secondaire, et psychopédagogue en Haute École dans le cadre de la formation initiale d’enseignant·e·s du secondaire. Ses sujets de recherche portent principalement sur les questions d’éducation et de formation, en particulier les inégalités socio-scolaires dans leurs dimensions pédagogiques, didactiques et structurelles. Les questions de racialité et de colonialité constituent également un objet de réflexion et d’action qui le préoccupent depuis près de 15 ans.