logo
Lancer la vidéo

Politiques néolibérales et enseignement supérieur. Un double affront aux sociétés démocratiques

ABO Numéro 2 - 2017 - par François Fecteau -

Les travaux qui empruntent le chemin d’une lecture critique du néolibéralisme constituent une part importante de la littérature prenant comme objet la transformation de l’enseignement supérieur depuis les années 1980. Non seulement les travaux abondent, mais les chemins et thématiques empruntés pour traiter du néolibéralisme aussi : influence des organisations internationales, sociologie des discours experts, critique de la Nouvelle gestion publique, étude des accords de libre-échange, analyse des dispositifs d’assurance qualité, analyse des champs lexicaux des discours politiques et débats parlementaires, etc. Les angles de vue diffèrent, mais les constats semblent converger : les politiques néolibérales en vogue depuis les années 1980 et hégémoniques à partir des années 1990 ont heurté le champ de l’enseignement supérieur et laissé leur trace sur les modes de production et de transmission des connaissances scientifiques.

Affirmer aujourd’hui que les politiques qui participent aux transformations du champ de l’enseignement supérieur s’avèrent teintées par le paradigme néolibéral semble relever de l’évidence, voire de la banalité. Pour contribuer au champ des connaissances sur le sujet, il semble que toute intervention qui emprunte la grille néolibérale des transformations de l’enseignement supérieur doit pouvoir s’appuyer sur une analyse comportant deux caractéristiques essentielles. D’une part, l’analyse devra pouvoir identifier les particularités du néolibéralisme à la...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

François Fecteau


Auteur

Québécois d’origine, François Fecteau a emmenagé à Bruxelles pour y faire un Doctorat en sciences politiques et sociales à l’Université libre de Bruxelles. Ses travaux de recherches portent principalement sur l’institution néolibérale de l’imaginaire dans le champ de l’enseignement supérieur. Au fil de ses recherches, F. Fecteau a mobilisé les méthodes d’analyse critique du discours permettant de rendre compte des transformations longues des représentations du rôle des institutions d’enseignement supérieur dans la société. Depuis mars 2020, il est chercheur postdoctorant à l’UCLouvain (IACS) grâce à la bourse du Fonds de recherche Québec/Société et Culture. Ce projet de recherche vise à éclaircir le rôle des agences européennes d’assurance-qualité dans le régulation du champ de l’enseignement supérieur et leur contribution au rapprochement entre les institutions et les acteurs socioéconomiques.