logo
Lancer la vidéo

Pokemon Go !, de l’ère du jeu à l’aire du jeu…

ABO Numéro 1 - 2017 - par Renaud Maes -

Le succès du jeu Pokemon Go ! a provoqué une multitude de commentaires durant l’été 2016. Ceux-ci ont pour une large part ressassé de vieilles antiennes, qui posent problème en ce qu’elles empêchent une approche compréhensive des pratiques sociales. Lorsqu’on quitte le domaine du « discours moraliste » sur « les jeunes et le jeu » se posent pourtant de véritables questions collectives, qui touchent aux fondamentaux du droit, de l’ordre social qu’il sanctionne et contribue à reproduire, et des usages institués des biens publics.

Le jeu Pokémon Go ! serait « un phénomène mondial » — en tout cas, il a été présenté comme tel dans certains médias trop heureux d’y trouver un sujet estival. Qui dit « phénomène mondial » implique évidemment « avis experts » et « commentaires autorisés ». Lesdits avis et commentaires, mâtinés de jugements bien tranchés — moyen essentiel pour actionner la machine à buzz et gagner quelques minutes supplémentaires de célébrité, à tout le moins sur les réseaux sociaux — ont donc éclos sous le soleil comme les Pikachu dans les rues des grands centres urbains. L’automne est...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Renaud Maes


Auteur

Rédacteur en chef de La Revue nouvelle.
Renaud Maes est docteur en Sciences (Physique, 2010) et docteur en Sciences sociales et politiques (Sciences du Travail, 2014) de l’Université libre de Bruxelles (ULB). Il a rejoint le Comité de rédaction en 2014 et, après avoir coordonné la rubrique « Le Mois » à partir de 2015, il est devenu rédacteur en chef de La Revue nouvelle en novembre 2016. Il est également professeur invité à l’Université Saint-Louis (Bruxelles) et à l’ULB, et mène des travaux de recherche portant notamment sur l’action sociale de l’enseignement supérieur, la prostitution, le porno et les comportements sexuels, ainsi que sur le travail du corps. Depuis juillet 2019, il est président du comité belge de la Société civile des auteurs multimédia (Scam.be).