logo
Lancer la vidéo

Plus de sorcières et moins de barbares

ABO Numéro 5 - 2017 - par Ariane Bazan -

Qu’est-ce qui fait la monstruosité humaine ? Sommes-nous tous monstrueux ? Partant du principe d’une potentialité monstrueuse en chacun de nous, il s’agit de comprendre le basculement dans la monstruosité. Cela nécessite, d’une part, une analyse des formes de violence et, d’autre part, d’interroger ce qui fait le lien social.

La Revue nouvelle : Vous partez de l’hypothèse que la monstruosité n’est pas tant le résultat d’un processus (comme la radicalisation), mais plutôt d’un basculement… Pouvez-vous l’expliquer ? Ariane Bazan : Dans le courrier annonçant cet entretien, vous me demandiez ce que sont les monstres. Pour moi, il y a une potentialité monstrueuse en chacun de nous. L’inhumain fait partie de la condition humaine. Le contrat social, c’est accepter de laisser tomber sa monstruosité face à une proposition de vivre ensemble, parce qu’elle nous convient. Mais c’est...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Ariane Bazan


Auteur

docteure en biologie et en psychologie, professeure de psychologie clinique à l’université libre de Bruxelles