Paradoxes des théories féministes sur la violence contre les conjoints

Colette ParentCécile Coderre

Depuis plus d’une trentaine d’années, la question de la violence contre les conjointes a été portée à l’avant-scène comme « problème social » par les groupes de femmes de plusieurs pays occidentaux. Ce mouvement a permis de développer les connaissances sur cette question et a entrainé la mise en place de nombreuses initiatives pour y répondre. Par contre, malgré ces avancées, des critiques questionnent certaines analyses du problème et les solutions qui en ont découlé. On associe, entre autres, le mouvement de lutte contre la violence faite aux conjointes au « féminisme victimaire » qui érige les femmes en victimes et définit les hommes comme des bourreaux. Du coup, ils deviennent eux-mêmes les victimes des « terribles féministes ». Ces critiques font l’impasse sur l’originalité de la contribution du mouvement des femmes sur cette question.