logo
Lancer la vidéo

Ni cette inutilité ni cet excès de grandeur

ABO Numéro 05/6 Mai-Juin 2009 - par Anne-Marie Pirlot -

En raison des caractéristiques propres de la Wallonie - absence d’instrument monétaire, autonomie budgétaire et fiscale limitée, étroitesse du territoire -, le plan Marshall ne pouvait qu’être modeste dans sa visée de stimulation de l’activité économique. Son bilan consiste donc davantage en la mobilisation des différents opérateurs économiques et politiques qu’en résultats tangibles.

Le plan Marshall pour la Wallonie est mal nommé, mais il est né à point nommé. Le gouvernement wallon avait besoin de se découvrir une légitimité, secoué qu’il était par une critique envahissante dénonçant le retour en force des maux wallons : trop de politique sociale et pas assez de vitalité économique, comparaison frustrante avec la Flandre, irresponsabilité généralisée, balkanisation sous-régionale, inflation institutionnelle, mal-gouvernance. Le présent gouvernement wallon, étant un attelage renouvelé par rapport à l’arc-en-ciel, se devait de mettre en...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Anne-Marie Pirlot


Auteur