logo
Lancer la vidéo

Nationalisme de droite en Catalogne et en Flandre

ABO 25 septembre DroiteNationalismeCatalogne - par Vincent Scheltiens Ortigosa -

Pourquoi la droite nationaliste flamande vient-elle à siéger dans le gouvernement d’un pays alors que son prograæmme vise son démantèlement ? Pourquoi un courant du nationalisme catalan, le postpujolisme, s’est-il lancé dans une fuite en avant en jouant la rupture avec Madrid ? Les convergences et les divergences entre ces courants politiques, replacés dans leur trame historique, peuvent nous éclairer, et les rapports en pointillé qu’ils entretiennent depuis un demi-siècle ne sont pas sans paradoxes.

Au nord de la frontière linguistique belge, le mouvement indépendantiste catalan est d’abord vu à travers un prisme flamand. C’est un truisme, certes, mais qui n’est pas sans répercussions. Ainsi, la droite flamingante se montre solidaire et s’identifie résolument à ce mouvement, ce qui amène d’ailleurs la gauche à s’en détourner ostensiblement. Elle s’inquiète de soutiens à des avancées vers le confédéralisme voire vers l’indépendance, la dynamique catalane pouvant apporter de l’eau au moulin des flamingants partisans d’une séparation. Le prisme flamand a même...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Vincent Scheltiens Ortigosa


Auteur

est historien, collaborateur postdoctoral à l’université d’Anvers. Il écrit sur le nationalisme, les constructions identitaires nationales, l’histoire politique belge, l’histoire de la gauche et l’histoire contemporaine de l’Espagne, au sujet de laquelle il prépare un ouvrage.