logo
Lancer la vidéo

Mutations de l’expertise face à l’impératif de performance médiatique

ABO Numéro 3 - 2017 communicationExpertjournalismemédiaMédias - par Nicolas Baygert -

La standardisation des formats, l’hystérisation des procédés et l’accélération du temps médiatique conduisent au triomphe du « fast-thinking », penseurs « instantanés » amenés à intervenir sur tous les sujets de l’actualité. Progressivement, l’expert quitte le domaine scientifique pour entrer dans celui du commentaire.

Dans le biotope médiatique contemporain, l’expertise se révèle plus que jamais sollicitée — l’expertise comme validation certifiée d’un fait par un avis « faisant autorité ». L’exercice n’est pas aisé puisqu’il s’agit souvent d’apporter une réponse (voire une caution) scientifique à une question destinée au grand public, et formulée par le meneur du jeu médiatique (le plus souvent un journaliste) en termes généralement réducteurs (Henry, 1997, p. 110). L’expertise regroupe elle-même un champ d’acteurs relativement vaste : chercheurs universitaires [1], praticiens...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Nicolas Baygert


Auteur