logo
Lancer la vidéo

Minerais, spéculation et concentration du capital bancaire. Pour une mise en perspective…

ABO Numéro 4 – 2018 - par Xavier Dupret -

Plus un jour sans que les médias et les politiques n’évoquent la brulante actualité de la spéculation. Même le Saint-Père a adopté cette antienne à la mode en décrivant, il y a peu, la spéculation comme « une maladie de l’économie » au cours d’une visite pastorale à Gênes au printemps dernier [2]. Ite missa est ?

Peut-être s’avère-t-il nécessaire, malgré tout, de comprendre un phénomène avant de poser un jugement moral à son sujet. C’est à cette très empirique (et ingrate) tâche de décryptage du réel que procèdera cet article. Contrats à terme Tous les grands édifices de stratégies spéculatives sur le segment des matières premières reposent sur la pierre angulaire des contrats à terme (ou futures en anglais) qui visent à prévenir les producteurs et les acheteurs d’éventuelles fluctuations de cours. Une des premières traces des contrats à terme remonte au XVIe siècle...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Xavier Dupret


Auteur

chercheur auprès de l’association culturelle Joseph Jacquemotte et doctorant en économie à l’université de Nancy (France)