logo
Lancer la vidéo

Migrations, racisme ordinaire et violences d’État. Réfractions maltaises

ABO Numéro 1 - 2017 - par Jacinthe Mazzocchetti - Martin Vander Elst -

Cet article, sous forme d’un dialogue, à partir d’une brève contextualisation de la situation à Malte relative aux migrations [2], aborde, d’une part, des questions concernant l’engagement des chercheurs et, d’autre part, des questions relatives au racisme ordinaire et aux violences d’État.

Martin : Pour commencer, pourrais-tu rapidement revenir sur la situation des migrants subsahariens aujourd’hui à Malte ? Jacinthe : La majorité des migrants subsahariens arrivent dans l’archipel maltais par des voies maritimes, considérées comme irrégulières, depuis la Lybie. Malte est un pays à la fois frontière et prison car de nombreuses personnes originaires d’Afrique subsaharienne y résident effectivement depuis plus de vingt ans. Cette situation, qui devait être provisoire, s’est enlisée progressivement, mais inexorablement dans la pérennité. Les...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Jacinthe Mazzocchetti


Auteur

Martin Vander Elst


Auteur

philosophe et chercheur en anthropologie à l’UCL