logo
Lancer la vidéo

Migrations : l’imaginaire des frontières

Numéro 12 décembre 2000 - par Albert Bastenier -

Nous sommes, dit-on, à l’heure de la mondialisation. Nous n’avons pas à choisir, elle est là. Pour le pire et pour le meilleur. Élargissant et approfondissant le mouvement déjà ancien de l’interconnexion mondiale de tous les aspects de al vie sociale contemporaine. Son principal indicateur est l’augmentation rapide des flux transfrontaliers dans les domaines les plus divers : finances, commerce, pollution, idées, voyages, produits destinés aux médias et aux personnes. Et, que cela agrée ou non, les (...)

Nous sommes, dit-on, à l’heure de la mondialisation. Nous n’avons pas à choisir, elle est là. Pour le pire et pour le meilleur. Élargissant et approfondissant le mouvement déjà ancien de l’interconnexion mondiale de tous les aspects de al vie sociale contemporaine. Son principal indicateur est l’augmentation rapide des flux transfrontaliers dans les domaines les plus divers : finances, commerce, pollution, idées, voyages, produits destinés aux médias et aux personnes. Et, que cela agrée ou non, les migrations internationales font partie intégrante de cette configuration que prend notre histoire. Elles aussi s’intensifient et figurent désormais parmi les principaux facteurs de transformation sociale, dans toutes les régions du monde.

Partager

Albert Bastenier


Auteur

Sociologue. Professeur émérite de l’université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction de La Revue nouvelle depuis 1967. S’y est exprimé régulièrement sur les questions religieuses, les migrations et l’enseignement.