Logements publics : du "nimbysme" au "wimbysme" ?

Christophe MercierBenoît Moritz

L’implantation de nouveaux logements sociaux en Région bruxelloise est une urgence. Trente-quatre mille familles sont actuellement inscrites sur les listes d’attente. Et pourtant, face aux projets de construction entamés par les autorités, on assiste de plus en plus à un refus organisé de la part de citoyens toujours plus nombreux. De nouveaux logements, oui, mais pas dans mon quartier, pas dans mon jardin suivant la formule consacrée. « Not In My Back Yard  ! », disent en effet les Anglo-Saxons, qui ont nommé ce phénomène la « nimby ». Comment dès lors gérer ces tensions inhérentes au traitement de la question urbaine  ? Comment dépasser ce clivage et passer du nimbysme au wimbysme (« Welcome Into My Back Yard »), consistant en une nouvelle attitude constructive, sans qu’il y ait de perdants  ?