logo
Lancer la vidéo

Les renouveaux de l’action collective

Numéro 06 Juin 2006 - par Michel Molitor -

Face aux mutations et aux ruptures économiques, sociales, culturelles, un sentiment de perte domine : le compromis issu du Pacte social de 1944 est mis à mal. Flexibilité, compétitivité, dérégulations sont devenues les maitres mots et, dans ce contexte, le syndicalisme qui avait directement participé à la modernisation de la société peine à trouver de nouvelles capacités d’interprétation et d’action. Comment relancer l’action collective ? En faisant son deuil de la « vieille société » industrielle, en repensant l’action syndicale à partir des situations de précarité et d’exclusion, en passant d’un syndicalisme centré sur le travail à un syndicalisme de citoyens qui prenne en compte l’ensemble de la vie sociale et fasse fond sur une société en réseau. Il convient de se désengager des repères traditionnels, d’articuler les exigences de l’action collective et la dynamique de l’individu, de rendre du crédit aux institutions de la vie collective par des projets.

Partager

Michel Molitor


Auteur

Michel Molitor (né le 1.12.1940) est docteur en sociologie (UCL), professeur UCL (1972-2005).
Ses domaines d’enseignement et de recherches : sociologie des organisations, sociologie des mouvements sociaux, relations industrielles. Il a également enseigné à l’université Laval (Canada 1988-89), au programme d’économie du travail (Chili 1984-92). Professeur extraordinaire de l’université catholique de Valparaiso, DHC de l’université catholique du Pérou. À l’UCL, doyen de la faculté ESPO (1991-1994) et vice-recteur aux affaires académiques (1994-2005). Président de la commission (inter)universitaire du développement (CUD, 1996-2000). Président de l’ONG Entraide et fraternité (2010-2018). Vice-président du Crisp.
Il a été aussi le directeur de La Revue nouvelle de 1981 à 1993. À La Revue nouvelle, il assumera avec une équipe les chroniques politiques sous la signature collective « Trencavel ». Ses dernières publications (au Crisp notamment) portent sur les transformations de l’enseignement supérieur en Belgique.