logo
Lancer la vidéo

Les minerais du sang ou les avatars de la bonne conscience

ABO Numéro 4 - 2015 - par Christoph Vogel - Jean-Claude Willame -

Contre toute attente, le Parlement européen a voté le 20 mai à une forte majorité un texte « fort » imposant une « conformité obligatoire » pour tous les importateurs d’étain, de tantale, de tungstène et d’or qui s’approvisionnent dans les zones de conflit. En plus de cela, les sociétés intervenant en aval, c’est-à-dire les 880000 entreprises de l’UE potentiellement affectées qui utilisent ces minerais dans la fabrication de produits de consommation, auront l’obligation « d’informer des mesures qu’elles prennent pour identifier et traiter les risques dans leurs chaines d’approvisionnement des minéraux et des métaux concernés ».

Depuis plus d’une décennie, la République démocratique du Congo nous a habitués à des récits catastrophistes obéissant aux logiques contradictoires des assertions catégoriques assénées sur la conflictualité dans ce pays et celles des analyses factuelles. En 2008, ce furent les fameux 4 millions de morts « en trop » dénombrés entre 1998 et 2004 dans l’est du Congo par une ONG américaine, l’International Rescue Committee. Un chiffre qui fut contesté par des démographes belges qui, à partir des données démographiques, démontrèrent qu’il s’agissait tout...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Jean-Claude Willame


Auteur

Christoph Vogel


Auteur