logo
Lancer la vidéo

Les avatars d’un néologisme

ABO Numéro 7 - 2016 - par Jacques De Decker -

« Belgitude » est un de ces mots qui se faufilent partout et dont on ne sait pas très bien ce qu’ils signifient vraiment. En l’occurrence, il est très difficile d’en arriver à une définition sans équivoque. C’est peut-être dû à la genèse du terme.

Le terme même de « belgitude » est inconnu au bataillon des dictionnaires. Et pourtant, il tourne ! Il est même utilisé à tort et à travers, pour autant que l’on puisse détourner un concept dont la définition n’a jamais été définitivement établie. De toute manière, le terme s’est avéré des plus utiles, et des plus pratiques dès que l’on veut définir l’insaisissable, une sorte de substance belge qui ne serait pas dument précisée, qui aurait cette présence volatile dont sont dotées les idées vagues. Il a d’ailleurs été lancé par des « préposés aux choses vagues »,...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Jacques De Decker


Auteur

dramaturge, romancier et nouvelliste, essayiste et biographe, journaliste, traducteur et secrétaire perpétuel de l’Académie royale de langue et de littératures françaises, www.jacquesdedecker.com