Léopold II, souverain fantôme de l’État indépendant du Congo

Hervé Cnudde

Le 8 avril 2004, la R.T.B.F.-Charleroi diffusait sur la seconde chaine publique le discutable documentaire franco-britannico-belge réalisé par Peter Bate sous le titre "Le roi, blanc, le caoutchouc rouge, la mort noire". En partie contestée dans l’opinion, cette initiative pourrait être à postériori une chose excellente si elle enclenchait véritablement dans le pays l’indispensable débat collectif sur l’histoire de la colonisation belge en Afrique centrale et son lien ombilical avec l’attribution à Léopold II, en 1885, de la souveraineté de l’État indépendant du Congo (E.I.C.) à titre personnel.