logo
Lancer la vidéo

Le non-marchand dans la société de marché

ABO Numéro 3 - 2017 - par Thomas Lemaigre -

« Libéralisation » ou « marchandisation » du non-marchand, un leitmotiv qui préoccupe acteurs associatifs et acteurs publics tant il sonne comme une guerre des mondes, un choc frontal des opposés. Mais le caractère feutré et parfois tâtonnant des débats semble en décalage avec la radicalité de la contradiction à l’œuvre. Voici quelques pistes très synthétiques d’analyse et d’action.

Il parait donc que le non-marchand est en voie de marchandisation, de libéralisation. Le mal saperait le bien à coups de diktats gestionnaires, l’impur contaminerait le pur à la suite du retrait du père tutélaire qu’est l’État. Dans les services publics comme dans les secteurs composites qui se rassemblent sous l’étiquette « non marchand » (privé) ou « à profit social », l’antienne refait surface tous les deux ou trois ans en fonction de l’actualité des négociations d’accords internationaux (globaux, européens ou bilatéraux) qui menacent d’ouverture plus ou...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Thomas Lemaigre


Auteur

Thomas Lemaigre est économiste et journaliste. Il opère depuis 2013 comme chercheur indépendant, spécialisé sur les politiques sociales et éducatives, ainsi que sur les problématiques socio-économiques régionales. Il exerce également des activités de traduction NL>FR et EN>FR. Il est co-fondateur de l’Agence Alter, éditrice, entre autres, du mensuel Alter Echos, qu’il a dirigée jusqu’en 2012. Il enseigne ou a enseigné dans plusieurs Hautes écoles sociales (HE2B, Helha, Henallux).