logo
Lancer la vidéo

La violence d’État comme projet politique. L’exemple espagnol

ABO Numéro 3 - 2018 EspagneViolence politiqueViolences - par Cristal Huerdo Moreno - Christophe Mincke -

L’État espagnol connait depuis plusieurs années des réformes drastiques qui limitent la liberté politique et d’expression. Le recul démocratique signale-t-il le retour en force des démons autoritaires qui ont régné sur son histoire ?

Depuis la victoire électorale du PP, en 2011, l’Espagne a débuté une cure d’austérité, mais également un processus de régression démocratique, comme l’ont relevé à maintes reprises Amnesty International ou Human Right Watch. Durant la législature 2011-2015, fort de sa majorité absolue, le PP a en effet réformé à tour de bras, faisant adopter des lois favorisant la libéralisation de larges secteurs de l’économie, taillant dans les salaires, réduisant les services publics (de l’enseignement aux soins de santé). De manière fort classique, il a, en parallèle,...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Cristal Huerdo Moreno


Auteur

Cristal Huerdo Moreno est maitre de langue à l’Université Saint-Louis, collaboratrice pédagogique à l’U-Mons et traductrice. Elle travaille sur l’écriture féminine engagée (Espagne 1920-1975) et sur la fictionnalisation de la guerre civile dans la littérature du XXIè siècle. Elle encadre la rubrique Italiques de La Revue nouvelle.

Christophe Mincke


Auteur

Christophe Mincke est codirecteur de La Revue nouvelle, directeur du département de criminologie de l’Institut national de criminalistique et de criminologie et professeur à l’Université Saint-Louis à Bruxelles. Il a étudié le droit et la sociologie et s’est intéressé, à titre scientifique, au ministère public, à la médiation pénale et, aujourd’hui, à la mobilité et à ses rapports avec la prison. Au travers de ses travaux récents, il interroge notre rapport collectif au changement et la frénésie de notre époque.