La responsabilisation : une conséquence de l’individualisme

Christian Léonard
Arc-en-ciel.

Les valeurs inhérentes aux transcendances ont cédé progressivement la place à la souveraineté d’un l’individu nietzschéen. Cet individualisme croissant a transformé les sentiments de culpabilité en sentiment de responsabilité. Chacun, maitre de son existence, devient acteur de son succès ou de son échec. La maladie est pointé comme un de ces échecs, pour lequel certains n’hésitent pas à prôner la responsabilisation, non seulement morale mais également financière. Cette idéologie ne s’embarrasse pas des raisons pour lesquelles les inégalités se reproduisent et s’amplifient. Leur prise en compte permettrait pourtant de comprendre au lieu de juger.