logo
Lancer la vidéo

La mauvaise foi

Numéro 04 Avril 2004 - par Théo Hachez -

Les martyrs autoproclamés ne sont pas les porte-paroles de la misère du tiers monde. Accepter ce genre de raisonnement reviendrait à légitimer leurs actions et à se laisser assigner une place, celle que les terroristes veulent nôtre. Cette confusion intellectuelle ne fait avancer ni la résolution du conflit israélo-palestinien ni la mise en place d’un ordre du monde plus juste et plus solidaire.

Monument en hommage aux victimes des attentats de Madrid, de J. Rodriguez-Posada

Partager

Théo Hachez


Auteur