logo
Lancer la vidéo

La liberté néolibérale, un libéralisme sans liberté

ABO Numéro 2 - 2017 - par Pietro Tosi -

Le terme liberté est grandement polysémique. Or le néolibéralisme impose une définition très particulière de cette notion centrale de la philosophie politique. Plus encore, la gouvernementalité néolibérale repose sur un processus permanent de production/destruction de libertés permettant l’hégémonie des classes dominantes.

« Pour ma part, je dis que cette chose est libre qui existe et agit par la seule nécessité de sa nature… », B. Spinoza, Lettre à Schuller La liberté est une notion cruciale pour la philosophie politique. Toute son histoire a été bâtie par un débat séculaire sur la liberté. Laissant de côté les diverses transformations de la notion de liberté dans l’antiquité, de l’ἐλευθερία grecque à la libertas romaine ou le libre arbitre de la tradition chrétienne ou encore le débat de la philosophie politique moderne de Hobbes à Hegel, ce que je me propose de considérer brièvement...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Pietro Tosi


Auteur

philosophe, animateur au Ciep-MOC de Bruxelles