L’inscription sociale des pratiques ...

Olivier ServaisBenoît Hennaut

Quelle place tiennent le volontariat et le bénévolat dans une société comme la nôtre  ? Si une telle question ne peut éviter d’entrer dans les distinctions qu’opèrent le langage courant et les balises institutionnelles qui les encadrent, la réponse toujours floue ne peut se contenter d’un travail de définition. Car dans le désir de catalogue, on perdrait de vue la dimension essentielle du sens de ces pratiques désintéressées et l’univers associatif dans lequel elles se déploient le plus souvent. Ce sens se dégage d’une différence en regard d’un contexte sociétal qui peine à reconnaitre l’activité désintéressée et sa valeur propre. Au-delà d’une sorte de méfiance sourde, on approchera cette différence ici d’abord sous l’angle individuel puis dans le cadre des coalitions plus ou moins structurées qui la revendiquent. Cela amènera à envisager le monde associatif comme détenteur d’un rôle essentiel quoiqu’évolutif au milieu des forces qui traversent la société. Non sans poser la question des rapports de force qu’il implique sur le plan des valeurs comme de la détermination des fonctions sociales.