logo
Lancer la vidéo

L’impensé de la Belgique noire : points de vue situés sur l’oblitération de l’autre

ABO Numéro 1 - 2018 - par Sarah Demart -

L’étude des mécanismes d’invisibilisation de certains objets et rapports sous-tend la démarche d’une sociologie postcoloniale. Cet article s’inscrit dans cette optique. Il analyse tant les dynamiques d’oblitération des Congolais, et par extension des « Subsahariens », de l’histoire officielle et des rouages administratifs de l’État belge que leurs conséquences sur les mobilisations.

L’oblitération de l’autre dans le champ de la connaissance Lorsqu’en 1978, Edward Saïd affirme dans Orientalism que l’Orient voit le jour en tant qu’effet du discours orientaliste, il montre, s’autorisant de Michel Foucault et d’Antonio Gramsci, que l’entreprise coloniale n’est pas qu’un dispositif militaro-économique (la pensée marxiste), mais un appareil discursif au travers duquel des rapports de pouvoir se matérialisent. Si la portée globale de la critique des appareils discursifs et idéologiques du pouvoir impérial n’est pas nouvelle, la mise à jour...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Sarah Demart


Auteur

maitre de conférence, Cedem, université de Liège