logo
Lancer la vidéo

L’ego conquiro comme fondement de la subjectivité moderne

ABO Numéro 1 - 2018 - par Luis Martinez Andrade -

Avant 1492, l’Europe n’avait pas une conscience de supériorité (matérielle et ontologique) vis-à-vis des autres peuples (tels que le monde musulman ou ottoman, par exemple). C’est avec l’ouverture vers l’Atlantique et la « découverte » du Nouveau Monde que les Européens commencent à construire une nouvelle ontologie dans laquelle les indigènes seront cantonnés dans la position du non-être. Ainsi, la subjectivité moderne occidentale est bâtie sur un rapport de domination/exploitation relié à une altérité niée : celle de l’indigène.

La « datation » de la naissance de la modernité fait encore l’objet d’importants débats. Certains auteurs pensent que l’Épiphanie trouve son origine dans la Renaissance italienne. D’autres la situent dans la Révolution française ou encore dans la révolution industrielle en Angleterre. Le récit se développe toujours à l’intérieur de l’Europe, de sorte que les autres peuples ne participent pas à la construction de la subjectivité moderne occidentale. C’est pourquoi le philosophe Enrique Dussel a proposé que la conquête de l’Amérique latine au XVIe siècle soit...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Luis Martinez Andrade


Auteur

docteur en sociologie de l’École des hautes études en sciences sociales, chercheur postdoctoral au Collège d’études mondiales de Paris