logo
Lancer la vidéo

L’alternance au pouvoir (et sa limitation) en question en Afrique… et ailleurs

ABO Mai 2016 - par Jean-Claude Willame -

En Afrique centrale, mais aussi ailleurs, on parle beaucoup de l’alternance dans l’occupation de la fonction présidentielle comme condition majeure si pas centrale de la démocratisation du continent.

Au Rwanda, au Congo-Brazzaville, en RDC comme au Burundi, ce principe, inscrit au cœur des Constitutions, est désormais remis en cause par des chefs d’État et leur entourage qui invoquent le plus souvent le primat de la « souveraineté internationale » pour résister à ce qui est considéré comme un oukase inacceptable.

En Afrique centrale, mais aussi ailleurs, on parle beaucoup de l’alternance dans l’occupation de la fonction présidentielle comme condition majeure si pas centrale de la démocratisation du continent. Au Rwanda, au Congo-Brazzaville, en RDC comme au Burundi, ce principe, inscrit au cœur des Constitutions, est désormais remis en cause par des chefs d’État et leur entourage qui invoquent le plus souvent le primat de la « souveraineté internationale » pour résister à ce qui est considéré comme un oukase inacceptable. Le cas de l’Afrique centrale Le...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Jean-Claude Willame


Auteur