Journalistes : un tout petit parfum de marche blanche

Lechat Benoît

En langage internet, on appelle ça un "buzz". Rarement une pétition circulant sur internet aura rencontré autant de succès en aussi peu de temps. Il aura en effet suffi que les rédactions en chef de La Libre Belgique et du Soir refusent la publication d’une carte blanche signée par quelques profs d’université condamnant le licenciement brutal de quatre journalistes de l’hebdomadaire Le Vif pour que la Toile s’enflamme et que la carte blanche soit bien davantage lue que si elle avait été d’emblée publiée par les journaux.
[...]