logo
Lancer la vidéo

Institutions for Future Generations, d’Iñigo Gonzáles-Ricoy et Axel Gosseries

ABO Décembre 2017 - par Eva-Maria Schäfferle - Raul Magni-Berton -

L’argument développé défend l’idée selon laquelle donner des droits politiques aux générations futures conduit à une remise en cause de la démocratie comme régime le plus adapté à promouvoir la justice. En effet, en reconnaissant ces droits politiques, nous nous trouvons face à un dilemme. Soit les intérêts des générations futures ne sont pas représentés, et seules les générations présentes prennent les décisions. Dans ce cas, nos régimes ne seraient plus démocratiques, mais des oligarchies contrôlées par ceux qui sont vivants. Soit les générations futures ont leur mot à dire et, dans ce cas, dans la mesure où elles ne peuvent exprimer elles-mêmes leurs préférences, devront être représentées par des individus vivants. Mais cette forme de représentation ne serait pas moins oligarchique puisque le sort d’une multitude (les générations à venir) serait déterminé unilatéralement par un petit nombre d’individus (les représentants de la postérité) dont le pouvoir n’est ni légitimé ni contrôlé par les premiers. De plus, au lieu d’atteindre son objectif d’augmenter la justice intergénérationnelle, la représentation des générations futures met en danger l’égalité démocratique parmi les vivants, puisque le pouvoir qui découle du titre de représentant de personnes dont les intérêts sont inconnus n’est pas sans rappeler celui des leadeurs des régimes théocratiques.

En demandant la représentation des générations futures dans le processus décisionnel, les différentes contributions recueillies dans Institutions for Future Generations poursuivent un objectif commun, celui de contribuer à réaliser la grande promesse de la démocratie selon laquelle le groupe de ceux qui définissent les lois est identique au groupe de ceux qui y sont soumis. Cette promesse n’a jamais été entièrement remplie puisque de nouveaux citoyens, soit par naissance, soit par naturalisation, intègrent nos sociétés chaque jour et provoquent un...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Eva-Maria Schäfferle


Auteur

doctorante en sciences politiques, université de Grenoble- Alpes, Sciences Po (Pacte)

Raul Magni-Berton


Auteur

professeur en sciences politiques, université de Grenoble- Alpes, Sciences Po (Pacte)