Individualisme religieux, ultra-urbanité et pluralisme...

Olivier ServaisCharles Delhez

Dans un contexte de mutation accélérée de nos logiques sociales, marquée par le phénomène ultra-urbain, le religieux belge, et particulièrement le catholicisme, était donné pour mourant, il y a dix ans à peine. Aujourd’hui la situation semble plus complexe, et spécifiquement à Bruxelles et dans ses alentours, où un nouveau modèle religieux parait petit à petit émerger. Prenant acte de l’individualisation du croire, ce modèle en émergence surfe sur des logiques de mobilité des appartenances, d’expériences diversifiées du spirituel et de pluralisme des convictions et des pratiques.