logo
Lancer la vidéo

Idiot utile !

ABO Numéro 01 – 2021 débatidiotpolitique - par Azzedine Hajji - Christophe Mincke -

L’invective « idiot utile » est omniprésente dans certains débats sur les réseaux sociaux. Que signifie le retour en force de cette expression ? Quelles manières de lire la société trahit-elle ? Et peut-on encore en faire (bon) usage ?

Aujourd’hui, sur le champ de bataille que sont devenues certaines zones des espaces socionumériques [1], « idiot utile » est une invective omniprésente. Idiot utile de l’extrémisme musulman, le démocrate qui défend la liberté religieuse ; de l’extrême droite, le socialiste qui estime que la question identitaire mérite d’être posée ; des conservateurs, le libéral qui affirme que la sécurité est la première des libertés ; des machistes, la féministe qui considère que la femme doit être libre de la manière dont elle s’habille, fût-ce pour se couvrir d’un voile ; du...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Azzedine Hajji


Auteur

Azzedine Hajji est chercheur-doctorant en sciences psychologiques et de l’éducation à l’Université libre de Bruxelles. Il a été auparavant professeur de mathématiques dans l’enseignement secondaire, et psychopédagogue en Haute École dans le cadre de la formation initiale d’enseignant·e·s du secondaire. Ses sujets de recherche portent principalement sur les questions d’éducation et de formation, en particulier les inégalités socio-scolaires dans leurs dimensions pédagogiques, didactiques et structurelles. Les questions de racialité et de colonialité constituent également un objet de réflexion et d’action qui le préoccupent depuis près de 15 ans.

Christophe Mincke


Auteur

Christophe Mincke est codirecteur de La Revue nouvelle, directeur du département de criminologie de l’Institut national de criminalistique et de criminologie et professeur à l’Université Saint-Louis à Bruxelles. Il a étudié le droit et la sociologie et s’est intéressé, à titre scientifique, au ministère public, à la médiation pénale et, aujourd’hui, à la mobilité et à ses rapports avec la prison. Au travers de ses travaux récents, il interroge notre rapport collectif au changement et la frénésie de notre époque.