logo
Lancer la vidéo

Histoire d’individu

ABO Numéro 2 - 2020 - par Guillermo Kozlowski -

La critique de l’individualisme, ou son autocritique, est un peu la tarte à la crème du discours politique et moralisateur. Il semblerait qu’une énergie renouvelable permette à certains de ne jamais se lasser de répéter aux individus qu’ils doivent agir en fonction du collectif. De proposer à chacun d’entre nous mille-et-une manières de concilier bonheur individuel et engagement collectif. C’est cette rengaine du bonheur et de l’altruisme que nous tenterons de contourner, pour retrouver d’autres questions. Un exercice qui permet d’éluder la foule de solutions prêtes à l’emploi, toutes les méthodes et recettes à la fois alternatives et ludiques, censées nous amener à un engagement raisonnable, produire des collectifs clés en main, créer du nous raedy-made, etc. Qui permet aussi de sortir de l’étrange démarche qui consiste à s’adresser aux gens en tant qu’individus pour les convaincre de ne pas se comporter comme des individus.

« Être individualiste », c’est mal, nous dit-on, mais « il faut s’occuper de soi ! », ajoutent ensuite les mêmes apôtres. Un exemple parmi d’autres : il y a quelques semaines lors d’un débat sur l’écologie, un éminent chercheur, membre du Giec, expliquait tranquillement à quelques centaines d’auditeurs le désastre écologique en cours et l’incapacité de réaction au niveau des États et des institutions. Puis, avec un ton empli de gravité, il nous mit en garde : l’écologie peut attenter aux libertés individuelles. Lui-même semblait regretter d’avoir commis un tel acte....
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Guillermo Kozlowski


Auteur

Né à Buenos Aires en 1974. DEA en Philosophie à Paris 1 en 1999. Chercheur au collectif Malgré tout entre 1995 et 2001.
Il travaille depuis 2009 comme chercheur à CFS asbl. Son travail est notamment centré sur l’écriture d’analyses et études (en accès libre sur le site de CFS ASBL) dans une démarche d’éducation populaire : confronter les savoirs théoriques et les savoirs d’expérience, sur un pied d’égalité. Ce travail de recherche est très inspiré par les expériences du cinéma documentaire.
Il participe régulièrement à des émissions de radio (Radio libertaire, Paris pluriel, Panik, Air libre, Campus…). Il a par ailleurs réalisé trois documentaires de création sonore pour la RTBF (Histoires Souterraines d’Argentine, Le modélisateur, Paysages), et co-réalise actuellement l’émission mensuelle Des singes en Hiver pour Radio Panik.