logo
Lancer la vidéo

« Gilets jaunes » … et mayonnaise analytique

ABO Numéro 05 - 2019 - par Renaud Maes -

Sur ce rondpoint carolorégien, Myriam m’expliquait son choix de rejoindre le mouvement. À aucun moment, elle n’a été violente. Elle n’a pas tenu de propos racistes, homophobes, complotistes. Elle était juste prête à parler, à discuter de sa réalité. Pas une caméra n’a été braquée sur elle, pas un micro siglé ne lui a été tendu. Et, à l’heure de l’analyse et du commentaire médiatique, la frêle voix de Myriam a été noyée sous le flot d’hypothèses et de statistiques plus ou moins fiables.
Le mouvement des Gilets jaunes a suscité, parmi les journalistes et les chercheurs en sciences sociales, une véritable déferlante de commentaires et d’analyses. Dans le cas belge, cet emballement mérite d’ailleurs d’être remis en perspective de l’ampleur du mouvement.

« Tu sais, quand j’ai enfilé mon gilet jaune, je me suis dit que j’allais enfin être vue. Parce que ce gilet, il est fait pour ça. Pour que des gens que l’on ne remarque pas, on puisse les voir lors d’un accident. L’accident est là, pour moi en tout cas : je ne sais plus comment faire pour donner à bouffer aux gosses à la fin du mois. Je ne suis pas la seule dans ce cas. Alors on s’efforce de trouver des solutions, on va acheter en gros, on diminue les portions. Puis, on fait tout ça pour garder l’air que tout va bien. Pour éviter de montrer qu’on vit...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Renaud Maes


Auteur

Rédacteur en chef de La Revue nouvelle.
Renaud Maes est docteur en Sciences (Physique, 2010) et docteur en Sciences sociales et politiques (Sciences du Travail, 2014) de l’Université libre de Bruxelles (ULB). Il a rejoint le Comité de rédaction en 2014 et, après avoir coordonné la rubrique « Le Mois » à partir de 2015, il est devenu rédacteur en chef de La Revue nouvelle en novembre 2016. Il est également professeur invité à l’Université Saint-Louis (Bruxelles) et à l’ULB, et mène des travaux de recherche portant notamment sur l’action sociale de l’enseignement supérieur, la prostitution, le porno et les comportements sexuels, ainsi que sur le travail du corps. Depuis juillet 2019, il est président du comité belge de la Société civile des auteurs multimédia (Scam.be).