logo
Lancer la vidéo

Foule sentimentale. L’utopie néolibérale

ABO Numéro 2 - 2017 - par John Pitseys - Géraldine Thiry -

Le néolibéralisme ne peut pas être réduit à une simple idéologie conservatrice. Pour comprendre son pouvoir de séduction, il faut analyser sa dimension utopique, qui le distingue d’ailleurs du libéralisme classique.

Cantonné aux cercles académiques ou aux dénonciations militantes, le débat sur le néolibéralisme a rebondi sur la scène médiatique lors du vif échange qui est survenu au printemps 2016 entre Manuella Cadelli, présidente de l’Association syndicale des magistrats, et Corentin de Salle, directeur scientifique du centre Jean Gol. La première perçoit dans le néolibéralisme une idéologie conservatrice, totalitaire et déshumanisante où « l’économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques, mais aussi chaque parcelle de notre réflexion [1] ». Le...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

John Pitseys


Auteur

docteur en philosophie et licencié en droit, chargé de recherches au Crisp

Géraldine Thiry


Auteur

chargée de cours à l’Ichec