logo
Lancer la vidéo

Et si on essayait un monde sans orthographe

ABO Numéro 6 - 2016 - par Anne Dister -

Un monde sans orthographe serait-il un monde de liberté où le temps gagné à acquérir la maitrise de cette norme sociale pourrait être consacré à travailler d’autres compétences de la langue ? Le bonheur, donc. Sauf qu’une écriture phonétique poserait bien plus de problèmes qu’elle n’en résout tandis qu’une réforme modérée dans la foulée de celle de 1990 rendrait le système plus cohérent et plus accessible au citoyen.

L’orthographe est plus qu’une mauvaise habitude, c’est une vanité (Raymond Queneau). Un monde sans plus aucune norme orthographique, c’est ce que certains nous prédisent à plus ou moins court terme. D’ailleurs, il suffit de voir comment les jeunes écrivent, n’est-ce pas ? Et si, loin de nous en affliger, nous nous en réjouissions ? Un monde sans orthographe, ce serait quoi ? Un monde sans orthographe, ce serait un monde où l’on écrirait les mots comme on veut, comme on les entend et comme on les prononce. Un monde sans orthographe, ce serait un monde...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Anne Dister


Auteur

professeure de linguistique à l’université Saint-Louis-Bruxelles