logo
Lancer la vidéo

Entre unanimisme et polarisation, l’impossible campagne

ABO Septembre 2019 - par Christophe Mincke -

La campagne de 2019, marquée par le duel Écolo-MR, s’est cristallisée autour de deux enjeux : l’enjeu climatique et environnemental, face auquel fut affiché un « unanimisme de façade », et l’enjeu « communautaire » qui permit une polarisation autour de questions aussi floues que hautement symboliques. Entre promesses climatiques et clivages sans nuances, entre non-réponse à une vraie menace et fausse réponse à une non-menace, cette campagne pourrait bien sonner le glas de notre société.

Nous avons fini par nous y habituer, au sein de la classe politique, chacun s’accorde à considérer que nos démocraties occidentales sont en péril. La montée des extrémismes est le plus souvent pointée, qu’il s’agisse du score récent du Vlaams Belang, de l’accession au pouvoir de Viktor Orbán et de Matteo Salvini ou encore des exactions d’Aube dorée, en Grèce. Mais il ne faut pas oublier la plainte récurrente relative à l’abstentionnisme et au vote blanc [1], au mépris du citoyen vis-à-vis des politiques et à son désintérêt global pour la chose publique ou...
La suite de cet article est réservée aux membres Premium

Christophe Mincke


Auteur

Christophe Mincke est codirecteur de La Revue nouvelle, directeur du département de criminologie de l’Institut national de criminalistique et de criminologie et professeur à l’Université Saint-Louis à Bruxelles. Il a étudié le droit et la sociologie et s’est intéressé, à titre scientifique, au ministère public, à la médiation pénale et, aujourd’hui, à la mobilité et à ses rapports avec la prison. Au travers de ses travaux récents, il interroge notre rapport collectif au changement et la frénésie de notre époque.